Quand la digitalisation chamboule le quotidien RH de l’entreprise

 

Pas un jour ne se passe sans que le mot « digital » ne soit prononcé dans les organisations. Que ce soit en comité de direction ou dans les divisions opérationnelles, la révolution numérique est au galop et l’entreprise doit s’y préparer (à défaut de l’anticiper).
Le digital bouleverse tout : le quotidien professionnel, l’organisation hiérarchique (l’entreprise agile), les pratiques managériales de l’entreprise (l’entreprise libérée), la façon de travailler et de communiquer…

Ce virage digital se doit d’être amorcé par tous.

 

Certains secteurs d’activité l’ont bien compris et recrutent massivement pour se transformer :

  • La distribution (recommandation de produits sur la base de la reconnaissance faciale ou vocale des individus et de leurs réactions, applications mobiles prenant votre commande, « digital shopping list » et son parcours en magasin, rayon virtuel de magasin dans le métro, puces RFID et leur impact logistique..)
  • la santé (dossier patient numérisé, transmissions de données pour consultation à distance, médecine augmentée, assistance thérapeutique…)
  • l’industrie (voiture autonome, impression 3D, micro-usine, géolocalisation, cobotique…)
  • les services aux entreprises (réalité augmentée, robots collaboratifs, plateformes de formation en ligne…)

 

Les référentiels-métier de l’entreprise sont bousculés avec l’apparition/ disparition de certaines professions.

Certaines compétences sont très recherchées et ce virage numérique permet aux salariés du digital d’accéder à des fonctions de direction à part entière :

  • Chief Digital Officer,
  • Chief Influencer
  • Chief social selling.

L’année 2017 va d’ailleurs être marquée par une hausse des exigences des employeurs, à la recherche de profils toujours plus pointus (influence, chatbot, réalité virtuelle..).

 

C’est donc sans surprise que, le marché de l’emploi en forte tension sur ces fonctions, débouche sur une hausse globale des salaires de l’IT.

Les 2/3 des DSI (étude rémunération Robert Half 2017) éprouvent des difficultés à recruter ce type de profils malgré une digitalisation toujours croissante des méthodes pour sourcer les candidats (modèle prédictif).

 

pour les professionnels des RH et du recrutement, le concept « digital » EST souvent confus et « fourre-tout »

Se réfère-t-il à de nouveaux outils ? De nouveaux process ? De nouvelles compétences à acquérir pour les collaborateurs ? À l’apparition de nouveaux métiers ? À la transformation de la culture d’entreprise ?

Le « digital » appliqué à l’entreprise est un sujet complexe.
Appliqué au recrutement, ce concept promet de recruter de manière plus rapide et plus efficace. Il fait d’ailleurs le succès des plateformes de mise en relation, de géolocalisation ou de cooptation.

 

Recruter sans intermédiaire semble ENFIN simple et à la portée de tous. Mais est-ce vraiment le cas ?

Les différentes générations qui se succèdent ont-elles les mêmes besoins, les mêmes souhaits quant à leur environnement de travail et la culture de leur entreprise que leurs ainés? Pourquoi alors certains grands groupes ressentent-ils déjà des difficultés à attirer les millenials en quête d’un autre «vivre et travailler ensemble » quand l’accès à des milliers de talents est facilité ?

Les entreprises doivent plus que jamais booster leur marketing RH car les notions de « marque recruteur » complètent celle de « marque employeur ». Les salariés, nomades et hyper connectés, portent la marque de leur entreprise. Ils deviennent de véritables ambassadeurs de la société dans laquelle ils travaillent. Les talents les plus jeunes sont à la recherche de nouveau modèle d’organisation, d’expérience candidat ou de retours d’employé. Ils sont plus que jamais attentifs au cadre de travail, aux évolutions de carrière et aux valeurs de l’entreprise qu’ils rejoindront.

En conséquence, les directions RH doivent se doter de « community manager » et autre « HR data analyst » pour communiquer vers l’extérieur ce qu’est l’entreprise à l’intérieur.

Les méthodes de recrutement évoluent (sourcing, gamification..) et prennent le relais de méthodes plus traditionnelles.

Recruter reste plus que jamais un savoir-faire qui s’actualise. Ajuster et actualiser ses bonnes pratiques est donc fondamental. Qu’en pensez-vous ?

 

Faréo est une société de conseil et de formation dédiée aux bonnes pratiques de recrutement dans un environnement en transformation.  Sur site ou à distance, nous accompagnons les responsables RH et les managers opérationnels dans les différentes étapes du processus recrutement.
www.fareo.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *